• Culture,
  • Éthique,
  • International,

[SÉMINAIRE DE RECHERCHE] La pensée métisse face à la mondialisation : difficile et urgente exigence

Publié le 9 octobre 2017 Mis à jour le 9 octobre 2017

Le département d'anthropologie (Université Lyon 2), l'ORSPERE-SAMDARRA (CH le Vinatier) et la Chaire UNESCO "Mémoire, Cultures et Interculturalité" (UCLy) organise ce séminaire de Recherche autour de Jean FURTOS (psychiatre des hôpitaux honoraire, Directeur scientifique honoraire de l’ONSMP, Orspere-Samdarra) et François LAPLANTINE (professeur émérite d’anthropologie, Université Lyon 2), animé par Laurent DENIZEAU (anthropologue, enseignant-chercheur à l’UcLy).

Date(s)

le 5 mars 2018

Lundi 17h30-20h00

  • 5 mars 2018 : « Les interculturalités examinées sous l’angle des métissages : perspectives américaines (Mexique-Canada) », Francine Saillant, Professeure émérite, département d’anthropologie, Université Laval (Québec)
     
Ajouter à mon agenda 05-03-2018 05-03-2018 40 [SÉMINAIRE DE RECHERCHE] La pensée métisse face à la mondialisation : difficile et urgente exigence Le département d'anthropologie (Université Lyon 2), l'ORSPERE-SAMDARRA (CH le Vinatier) et la Chaire UNESCO "Mémoire, Cultures et Interculturalité" (UCLy) organise ce séminaire de Recherche autour de Jean FURTOS (psychiatre des hôpitaux honoraire, Directeur scientifique honoraire de l’ONSMP, Orspere-Samdarra) et François LAPLANTINE (professeur émérite d’anthropologie, Université Lyon 2), animé par Laurent DENIZEAU (anthropologue, enseignant-chercheur à l’UcLy). UCLy, Campus Saint-Paul, 10 place des Archives - 69002 Lyon
Lieu(x)

Campus Saint-Paul

UCLy, Campus Saint-Paul, 10 place des Archives - 69002 Lyon
Il faut avoir l’audace de dépasser le métissage en tant que réalité biologique. La pensée métisse appréhendée dans ce séminaire dépasse la métaphore de tout phénomène d’hybridation. Elle n’est pas non plus une variante du syncrétisme. Le métissage est un processus fragile de transformation de soi et de sa pensée, né de la rencontre des autres et de leur manière de penser le monde, révélateurs des potentialités qui sont les nôtres, non pas à être différent des autres mais de nous-mêmes dans le temps. Dans les questions indissociablement épistémologiques, cliniques, éthiques et politiques qu’il pose, le métissage nous invite à l’expérience d’une pensée du processus, alternative à la pensée binaire, celle du signe et de la catégorie qui oppose la raison et l’émotion, l’intelligible et le sensible, les idées et les images, le signifié et le signifiant, la santé et la maladie, l’autochtone et l’étranger, « l’Occident » et les constructions fantasmatiques d’un autre absolu.

Une pensée métisse ne vise pas seulement à mettre en question les tentations différentialistes opposant le dedans et le dehors, le pur et l’impur, le nous et les autres. Entrer aujourd’hui en métissage, c’est entrer en résistance contre la subordination à l’un : l’unité par réduction des différences (d’âge, de genre, de culture, de territoire, de croyance, de goût), l’indifférenciation, l’indifférence, un « centre » hégémonique et des périphéries subalternes, la mondialisation comme occidentalisation et mercantilisation. Tenant compte de la violence de l’économie néo-libérale et des situations de vulnérabilité et de souffrance sociale et psychologique qu’elle génère, comment ouvrir un horizon de connaissance et d’action qui ne soit ni celui des modèles visant l’intégration totale par dissolution des singularités ni celui préconisant le repli sur les origines ?

Comment dire l’universel à l’envers ? Non pas comme donné posé, postulé ni a fortiori imposé ; non pas comme principe mais comme processus ; non pas comme état mais comme devenir et comme éthique.

L’année de lancement de ce séminaire de recherche (2016-2017) a essentiellement réuni des chercheurs lyonnais (outre Jean Furtos et François Laplantine : Laurent Denizeau, anthropologue au Centre Interdisciplinaire d’Ethique ; Laure Mayoud, psychologue au Point Ecoute de l’UCLy ; Abderrahmane Moussaoui, Professeur d’anthropologie à Lyon 2 ; Marina Rougeon, post-doctorante en anthropologie à l’Institut Supérieur des Religions et de la Laïcité ; Jorge P. Santiago, Professeur d’anthropologie à Lyon 2 ; Halima Zeroug-Vial, psychiatre, directrice de l’Orspere-Samdarra, chef de service au CH le Vinatier). Ce séminaire a été suivi par plus de 70 inscrits.
Les séances sont en ligne sur la chaîne YouTube de l’UCLy.

Pour cette deuxième année, nous souhaiterions ouvrir la réflexion sur un plan national et international et inscrire la Chaire UNESCO comme partenaire de ce séminaire. En contexte de mondialisation, des individus de milieux culturels très variés sont amenés à co-exister, voire à travailler ensemble. La coexistence de ces différences entraîne nécessairement des surprises, voire des incompréhensions. Comment transformer ce qui peut être un facteur de conflits en force de créativité, tant pour l’individu que pour le groupe ? Cette pensée vise à réinterroger le consensus actuel autour de l’interculturalité par le prisme de la notion de métissage. Cette perspective situe d’emblée la réflexion sur un plan politique et éthique, tout en maintenant en question les pratiques les plus concrètes.